Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Le bonheur à tout prix ?

 

Que deviennent les autres émotions ? Avez-vous le temps de vous poser et de cheminer ? Faut-il absolument chercher à passer outre une situation inconfortable sans voir ce qui se cache réellement derrière ?

Si je comprends l’envie d’être heureuse ou heureux, je me demande dans quelle proportion nous nous sentons obligés de l’être. J’aurais pu pousser plus loin la réflexion en me demandant quel rôle joue notre société dans cette recherche incessante du bonheur, mais ce n’était pas l’objet de cette vidéo. Il était plutôt de se demander quel regard vous posez sur vous.

Ici, je cite une situation particulière, mais ces ressentis peuvent exister dans beaucoup d’autres situations. La proposition que je fais en fin de vidéo peut donc être appliquée à ces situations-là, pour continuer à avancer dans votre vie.

Et si vous préférez lire plutôt que de regarder la vidéo, vous trouverez le texte en dessous de celle-ci.

Si vous souhaitez faire le point sur les émotions que vous ressentez ou les difficultés que vous rencontrez, je vous propose de nous rencontrer pour une séance gratuite de 30 minutes en cliquant sur ce lien : séance découverte.

Le texte de la vidéo

 

Bonjour est-ce que ça vous est déjà arrivé de vous dire : je veux être heureuse ou je veux être heureux ?
Je suis Carine Flutte, je suis psychologue et j’accompagne les parents ou les futurs parents dans leurs premiers pas vers une parentalité épanouie et heureuse.

Je vous pose la question parce que cela fait plusieurs fois que j’entends chez mes patientes ou mes patients comme une obligation de vouloir être heureux à tout prix. Alors évidemment, je pense qu’on a tous envie d’être heureux, mais quand j’entends ces personnes me dire : «Je veux être heureuse, je veux vibrer, je veux ressentir de la joie !», moi, je me demande : «Quelle est la place des autres émotions dans leur vie ?», parce que ses émotions sont essentielles.

 

De la douceur

J’ai juste envie de leur dire une chose : «Soyez doux avec vous-même, prenez le temps de vivre ce que vous vivez est de ressentir ce que vous ressentez.»

Je prends l’exemple d’une personne qui a vécu un traumatisme, elle envie de passer à autre chose, elle a envie que la vie reprenne son cours, mais pourtant, ce traumatisme il est bien présent, il est bien réel.

Petit à petit, le traumatisme va s’estomper. Mais c’est vrai que parfois, la personne va se retrouver dans une situation qui, par des mécanismes psychiques, va lui rappeler la situation initiale qui a provoqué le traumatisme.

Et dans cette situation, la personne va se retrouver bloquée, complètement, de façon littérale, elle est tétanisée. Alors que faire ?

Là encore, j’ai envie de dire, soyez doux avec vous-même. Effectivement, vous avez le choix de vous rebeller, de ne pas être d’accord avec ce que vous vivez, voire de paniquer.

Mais vous avez aussi le choix de prendre le temps d’analyser la situation, de faire le point sur ce que vous ressentez. Tant au niveau émotionnel, que ce que vous ressentez dans votre corps.

 

Prenez le temps

Prenez le temps de respirer calmement, essayer d’accepter ce qui est en train de se passer, même si ce n’est pas ce que vous aviez prévu.

Le but n’est pas qu’il y ait un gagnant ou un perdant dans cette situation. Le but est d’essayer de débloquer la situation avec le plus de douceur possible en essayant de ne pas se mettre des impératifs et d’utiliser « il faut » : «Il faut que je dépasse cette situation, il faut que je dépasse ce traumatisme, il ne faut pas que ça se passe comme ça !» De la douceur…

Alors, je ne suis pas en train de dire de vous laisser submerger par la situation, pas du tout. Je suis en train de vous dire d’essayer de poser un regard bienveillant et rempli d’amour sur vous, en vous disant : «Ok, là c’est difficile, là je suis bloquée, mais je sais ce que j’ai vécu, je sais ce que j’ai traversé, je me donne l’autorisation de ressentir ce que je ressens pour ensuite continuer à avancer et aller de l’avant.»

S’autoriser ces ressentis va permettre aux choses de bouger et vous pourrez continuer à avancer. Alors là, j’ai pris l’exemple d’une personne qui a vécu un traumatisme, mais je suis sûre que parfois, il y a des situations comme ça où on se retrouve un petit peu bloqué, où on a tendance à se juger un peu sévèrement, alors n’oubliez pas : regardez-vous avec douceur et prenez soin de vous.

Et si on se rencontrait ?

Séance découverte

 

Des émotions qui surgissent au cours de la grossesse, un accouchement qui ne vous correspond pas et vous laisse un goût amer, vous vous sentez démuni.e devant les pleurs de votre bébé ou devant les remarques que vous fait votre entourage.

Prenez rendez-vous pour faire le point pendant 30 minutes et voir si nous pouvons travailler ensemble.